Plouzané. Une nouvelle plateforme technologique au Centre européen de réalité virtuelle

Vendredi 17 mai, l’École nationale d’ingénieurs de Brest (Enib) a inauguré la nouvelle plateforme technologique de 200 m² au Centre européen de réalité virtuelle (Cerv), à Plouzané. Ce rendez-vous s’est tenu en présence de représentants des conseils régional et départemental, d’industriels tels que Thalès, Naval groupe et Virtualis, d’élus et de Jacques Tisseau, fondateur du Cerv. C’est un centre de recherche scientifique sur les concepts, les méthodes, les technologies et les usages de la réalité virtuelle. Il rassemble laboratoires, entreprises et étudiants dans un contexte pluridisciplinaire, où travaillent ensemble une quarantaine de chercheurs, informaticiens, mathématiciens, biologistes et psychologues, de plusieurs établissements.

« Le principal équipement de cette plateforme concerne la réalité virtuelle avec un Cave (Automatic virtual environment). C’est un espace immersif de visualisation 3D, de 10 m x 10 m, qui est deux fois plus grand que l’ancien. Le reste de l’espace est dédié à la réalité augmentée (Hololens, Magic Leap), robots humanoïdes, en motion capture (fixe ou mobile) et aux tables interactives », a expliqué Ronan Querrec, directeur du Cerv.

Accessible aux PME et grandes entreprises

Cette plateforme technologique sera accessible aux PME et grands groupes qui recherchent une solution innovante à une problématique. Elle accueillera les entreprises, qui développent elles-mêmes des solutions, sans disposer du matériel nécessaire, et profitera aux chercheurs et ingénieurs des laboratoires partenaires.

« Une part importante des applications porte sur les outils de formation et sur la médiation culturelle, pour la préservation de connaissances patrimoniales dans un musée « vivant », ou des applications artistiques interactives. Concernant, des agents virtuels d’assistance ou des robots compagnons sont développés pour la santé, ainsi que des thématiques liées à la défense, basées sur des données réelles ou des simulations », a poursuivi Le directeur.

Si de nombreux projets se profilent à l’horizon, la formalisation du statut de la plateforme pourrait se tourner vers un label national.

Une opération s’élevant à 900 000 €

L’opération, qui s’élève à 900 000 €, a été financée par les fonds propres de l’Enib à 64 %, et certains dispositifs l’ont été dans le cadre du projet CPER VITAAL (portant sur l’assistance à la personne) : Région (12 %), Fonds européen de développement régional (12 %), Département (6 %) et Brest métropole (6 %).

Source : Le Télégramme

Cédric Pitault